ETREINTES SANGLANTES, LES VAMPIRES

 :: The end was contained in the beginning :: ANNEXES :: MONSTRUOSITÉS Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
ELLE
TROGNE © : DANDELION.
MESSAGES : 122
DATE D'INSCRIPTION : 11/05/2017
(#) Sam 21 Oct - 14:32
Life begins at night
THE MOON IS MY SUN, THE NIGHT IS MY DAY, BLOOD IS MY LIFE, AND YOU ARE MY PREY.
— unknown

Fantasmagoriques, attrayants, bon nombre d’adjectifs qualifient ces créatures chimériques source de nombreuses légendes. Monstruosités envoûtantes survolant les mortels de leur aura onirique, sourire narquois dessiné sur ces lippes blafardes à la recherche d’une carcasse où aisément se sustenter. Marionnettistes hors pair, les âmes succombent sous leurs chants ensorcelants, sirène à leur manière. Valse concise au cœur du bal des faux-semblants. Canines luisantes déchirant les ténèbres, pénétrant la frêle carne. Délectation du précieux élixir. Baiser mortel, l’agneau égaré s’éteint.

APPARENCE

Sous la beauté apparente, l'obscène. Le macabre porté à son paroxysme. Monstres figés dans l'âge de leur déchéance, les plus jeunes incontrôlables. Soies de marbre à la fraicheur des plus dérangeantes, rigidité progressive à mesure que les siècles se fânent, clairon marquant le fin d'un âge glorieux. Humanité jusque-là mensongère, dupant avec délectation l'oeil humain n'ayant su s'attarder sur les détails dérangeants. Incapacité à s'attarder sous la luminescence de l'astre, sous peine d'être réduit à l'état de poussière, brûlure fatale. Lorsque la famine commence à poindre, le charme s'efface ; sillons veineux qui se révèlent, les faciès si parfaits se délitent, craquement des chairs, retour à l'état primitif, sous le poids des années réellement supportées. Animalité qu'on ne leur devine pas, chimères noctambules, les carcasses laissent la place aux ailes fragiles et autres attributs variant d'un clan à un autre. Pour tous la chauve-souris : ailes qu'on déploie en cas de danger imminent, évasion aisée, augures sinistres.

LONGÉVITÉ

Immortalité embrassée, âmes se jouant du temps avec malice. Marionnettes sardoniques, rictus figé sur leurs faciès parcheminés, éternité comme ultime blasphème. Sacrifice que la condition impose, la perte des être aimés, la déchéance des civilisations savourées jusqu'à leur derniers tremblements. Connaissances qui s'accumulent menant avec elles le poids des souvenirs, langueur, l'individu perd toute notion du temps, s'attarde en un siècle, se réveille en un autre. Léthargie dans lesquelles les Nosferatu se plongent parfois, laissant quelques âges s'éteindrent. Aux plus âgés, rares vestiges antiques, l'existence se fait difficile, impossible ; les corps ne sont plus qu'idoles aux reliefs ébauchés dans la roche. Bambins qu'on évite d'immoler, trop difficilement contrôlables : aux anciens temps, les clans régulaient d'eux-même ces renaissances indésirables risquant de mettre en péril le secret, révélant celui-ci aux yeux mortels dans de véritables charniers, tuant Sire et infant sans considération. Ceux qui s'y hasardèrent ne sont traditionnellement plus là pour en offrir la narration. Aujourd'hui, les prénotions des Nosferatu persistent, la hantise de ces enfants perpétuée au fil des âges, mais le Régime s'en est melé : transformations qu'on prohibe, car elle risquerait de priver d'un reproducteur potentiel, préciosité des vies mortelles. Aux déviants, la mort.

EVEIL & HIERARCHIE

Incapacité à la reproduction, organes ayant perdus leurs sens depuis trop longtemps, la copulation n'est utile qu'aux plaisirs de la chair. Baiser d'éternité qu'il faut offrir à l'humain désigné, ledit infant, morsure et échange des flux rougeoyants avant que la transition ne s'ébauche. Au matin, le nouveau-né s'éveille, dépendant de son Sire pour la centaine d'années à venir. Opprobre couvrant ceux qui n'assument pas leurs responsabilités, traque des hérétiques. Créatures joignant les clans, protection qu'on s'assure, sous l'égide d'anciens rois vampires, princes et maîtres originels veillant sur leurs territoires, renommés Régents en l'absence de têtes couronnées, le Régime n'acceptant aucunement les monarchies qui le concurrencerait. Hiérarchie d'importance, secondant le protocole, où l'âge n'est pas l'unique facteur à prendre en compte.

En son sommet,
Primogènes, groupuscule d'anciennetés se faisant plus rares à mesure de l'avancée des âges, le processus d'atonie les paralysant lentement.
Sénéchal, unique pour chaque clan, secondant le Régent en l'absence de celui-ci à la Cour des Miracles. Il s'assure de l'ordre, du respect des lois vampiriques primaires.

Au bas de l'échelle,
Nouveau-nés, mordus depuis moins de 100 ans, soumis à leur Sire et encore dotés de facultés supérieures qui s'amoindriront avec l'âge.
Calices, humanité persistante, malgré l'abreuvage sanguin qui entraîne l'infernale dépendance. Si le manque ne leur ôtera pas la vie aux premiers temps, la relation entre le calice et son sire est d'une intensité telle qu'ils ne survivront jamais au départ de celui-ci, que ce soit d'un trépas par l'absence du cruor ou de l'être. Vampires ils s'idéalisent, en vain. Désillusion cruelle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ELLE
TROGNE © : DANDELION.
MESSAGES : 122
DATE D'INSCRIPTION : 11/05/2017
(#) Sam 21 Oct - 14:34
LIFE BEGINS AT NIGHT
How good and thoughtful he is; the world seems full of good men - even if there are monsters in it.
— BRAM STOKER

PARTICULARITÉS

Appartenance aux grands clans qui ne sont pas seulement question de soumission à un ancien Roi. Filiations divergentes, c'est l'espèce en elle-même qui varie. Loin de la pensée commune voulant l'unicité d'une seule race vampirique, les variantes s'ébauchent, apportant avec elle son lot de quiproquos et complexités. Apparences, capacités, formes qu'ils adoptent, les clans se déchirent davantage pour la souveraineté de leur propre lignée que pour le pouvoir à proprement parler ; cherchent à imposer celle qui sera la meilleure, la plus pure. Elitisme de ces créatures à l'orgueil nécrosé, les familles se déchirent, depuis toujours.

FORCES

Force, vitesse, agilité. Sens supérieurs aux mortels, l'animal est prédateur, appréhendant le monde sous toutes ses singularités lorsqu'il n'en percevait que de pâles nuances de son temps humain. Manipulation dans laquelle ils excellent, beaux parleurs, contrôle de l'esprit possible pour celui qui goûtera son sang. Cauchemars immortels usant d'illusions, facilité à accéder à la psyché ; acte intime de la morsure, perçue comme agression si elle n'est pas approuvée. Température inhabituelle des carne, fraicheur, le flux sanguin n'alimente plus les chairs qui se sont figées, marbre bien trop lisse, et le palpitant ne fibrile d'aucune manière sous les côtes. Régénération des plaies, la carcasse persiste dans l'état où elle était, le jour de son dernier souffle. Inspirations mensongères, simulées. Le cruor possède des propriétés régénératrices - bien qu'addictives - pour lesquelles certains seront prêt à tuer ; humains facétieux mal avisés cherchant l'adrénaline ou l'augmentation de leurs capacités innées. Dans les ombres, ils se fondent, amoureux de la sorgue, préférant aux activités diurnes ceux de la nuit qui dans son silence, masque les vices et offre le masque des convenances mortelles. Thériomorphie, mutation animale ou physique, sera propre à chaque clan.

FAIBLESSES

Brûlure insoutenable de l'astre solaire, tout être qui y restera trop longtemps exposé sera réduit à l'état de poussières dans d'atroces souffrances : auto-combustion instantanée pour les plus jeunes, âge qui aide à atténuer le tout, en vain. Sensibilité à la verveine, l'ingestion sera flammèche pourléchant les entrailles, souffrance inextricable. Eaux bénites et crucifix un temps encensés pour se défaire de leur influence, ne sont plus usités ; introuvables, depuis la ruine des églises et religions par le Régime. Empalement des myocardes, guillotine fauchant les nuques, uniques moyens pour les faire périr.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
ELLE
TROGNE © : DANDELION.
MESSAGES : 122
DATE D'INSCRIPTION : 11/05/2017
(#) Sam 21 Oct - 14:34
LES CLANS

Allégence au Régime paradoxale ; sur la hiérarchie que la tyrannie impose, celle de l'Essaim, du clan, prédominera toujours. Alliances infatueuses, tous n'y adhèrent pas, certains ne le feront jamais. Promesse donnée à faë n'étant jamais reprise, la mécanique attise la mésentante, menace probable sur leurs têtes au derme jamais fâné. Au sein même des clans, violences que les caractères divergents attisent. Luttes de pouvoir, hiérarchie qu'on veut dépasser, où l'ancienneté prime pourtant par dessus tout. Insubordination sauvagement réprimée, les fauteuils où s'érigent les régents sont devenus objets de convoitise à mesure que ceux-ci semblent s'affaiblir. Mensonges.

Rivalité monarchiques, anciennes luttes de territoires. Macrophagie primaire, absorber un territoire pour augmenter la superficie du sien, principes élémentaires. Face à la coalition faë, prudence, guerre qu'on décida de mener à leurs côtés. Coups d'Etats probables au sein des clans eux-mêmes, guerillas vengeresses, l'étendart de quelques revendiquations. D'alliance depuis Maceria, il ne fût pas question pour le moment ; solitude qu'on préserve, observant d'un oeil inquiet l'agitation environnante.

〖 CLAN uræus 〗


Opulence et vices saupoudrent cette lignée antique, insoumise. Origines puisées dans l’Egypte Antique, au cœur des somptueuses dynasties. Rencontre fortuite entre une esclave, Neith, et d’un cobra royal au discours enjôleur. Lien tissé, attachement naissant. Couple déconcertant, saugrenu, couvert d'opprobre par la populace environnante. Engendrement d’une descendance monstrueuse, la légende contée au fil des années, des siècles, persiste dans les esprits. Divinités chaotiques engendrées, pharaons en portant la symbolique. Ordres murmurés des labres captivants, c'est une régente qui maintient l'équilibre, perpétue les traditions anciennes. Figure ancestrale déterminée, exigeante, ravageuse. Les cadavres s’amoncellent au pied du trône. Complaisance face à la souffrance, l'alliance immorale est souscrite auprès du régime ; chérubins disgracieux, hors-normes, non correspondant aux idéaux du Régime qui se veut fondateur du peuple de demain, ceux-ci sont délaissés aux crocs des immondices. Condamnation tenue au secret, les marmots sont noyés dans l’oubli, le rejet. Clan baignant dans le mystère, semant effroi, crainte sur son passage, plus ancien subsistant.

Au Cobra d'antan se couplent leurs capacités : le derme s'écaille, iris et crocs du reptile dans toute sa majesté dont ils sont bien plus proches que leurs congénères, mutation accélérée par la présence d'un quelconque fluide sanguin, faim qui tiraille les plus jeunes. Échine humaine qu'on délaisse pour adopter celle de l'animal, rarement  ; souffrance qui en découle toujours. Des éclats d'os restent perclus dans la carne aux premières transformations, de moins en moins ressentis à mesure que les chairs se font marbres. Davantage sensibles au baiser de l'astre solaire que d'autres, lovés sous quelques rochers.

Mafia. Commerces des poisons dont les pognes sont crasses, divertissants hallucinogènes, concoctions vénéneuses ou verveine meurtrière. Sur ceux-ci, le Régime ferme les yeux, laissant la situation devenir peu à peu pandémique des faubourgs de Maceria aux frontières de l'Etat. Gourou cannibale réclamant incessamment les doses comme tribut, laisser-passer poudré, alliances se font et se défont à mesure des caprices de la Régente. Ironie du sort : nul n'est plus sensible au venin de serpent que les leurs.

(régente ; ♀, antique (Nouvel Empire, 1500 av. J-C), + 35 ans physiquement)

(jouable sous conditions)



〖 CLAN LOTH 〗


Généalogie biblique ancestrale. Enfants de la succube suprême, déchue du jardin d’Eden, leur arrogance n’a d’égal que leur dévotion à leur soi-disant Mère, Lilith. Hardiesse primesautière qu'ils encensent, par le passé selon d'obscurs rites sacrificiels largement mis en scène, aujourd'hui dans un silence des plus ténus ; Régime qui ne supporte guère la concurrence et impose son culte unique, en vain. Dans l'ombre, la dévotion persiste. Libertins, dévergondés, leur apparence ordinaire leur permet d’approcher les brebis égarées, de titiller leurs âmes ébranlées et d'insuffler le vice en leur caboches tendres. Représentation authentique des pratiques amorales, la débauche est millimétrée, étroitement surveillée par un régent impudique. A ses côtés, enfant – roi, figée dans une jeunesse déphasée, égérie du moindre de ses desseins. Quête désespérée à la découverte des faciès encore jeunes, amoncellement des signes qu'on guetta, des siècles durant, après la perte de la première Élue. Incarnation divine, amours déviantes du Régent pour celle dont il fit sa reine, de l'homme à l'ingénue ; humanité. Poupée de porcelaine n'ayant jamais été souillée par le sang virginal, femme en devenir, sitôt courtisée, sitôt ravie à son existence. Étreinte mortifère, l'éternité figée. Ne résonne que le grincement obscène des saillies infertiles.

Charme exalté, non mensonger. Illusionnistes, prétend-on. Résultat de siècles d'apprentissage et d'études des psychés mortelles ; séduction hors du commun comme meilleur atout. A leur contact, les plaisirs se démultiplient, sous les serres avides. On empoigne les chairs pour mieux manipuler son adversaire ; les amants reviennent toujours. Mordus, infants, calices, qui sont d'autant plus fidèles.

Débauche. Main mise sur les libertinages, contentieux mafieux, marchandage des corps, troc des catins. Possession comme tout autre, des esclaves offerts par le Régime, Sacrifiés sans valeurs, jusqu'à ceux qui n'ont autre choix que de se vendre. Demeure des plaisirs ou écarts à l'ombre d'une ruelle, c'est férocement qu'on couvre ses affaires, ne permettant à nul autre d'en faire autant au risque de règlements de compte brutaux. Autour du Régent, harem qui s'agite, à qui sera le plus désirable. Favoris et maîtresses éphémères, maigres tentatives d'escamoter la hiérarchie. Malgré l'apparent stupre, la vulgarité est la dernière des affections du clan.

(régent ; ♂, 850 ans, + 45 ans physiquement)

CAÏN AHRIMAN


〖 CLAN Bătrân 〗


Naissance soufflée au centre de l’Europe du XVe siècle. Rivalités innombrables, un nom résonne sur les champs de batailles. Vlad Tepes. Notoriété sanglante, bourreau empaleur. Vérités approximatives. Créatures vicieuses, avares, parentées au prince colérique. Apparence décharnée évoquant les silhouettes démoniaques planant dans les pires cauchemars. Billes grenat chatoyantes, reflet de la violence qui secoue leurs carcasses rachitiques aux ordres d’une impératrice déterminée. Alliance artificielle au régime. Intérêt porté sur la couronne, le pouvoir, la puissance. Jalousie extrême envers cette souveraine intransigeante dont il lorgne le trône avec avidité. Comédie parfaite masquant une mutinerie prochaine.

Caméléon. Sens de l'esthétique, facilité à se fondre dans les ombres, propices à la discrétion, adaptation à la moindre situation incomparable. Si le charme humain est adopté pour ne pas paraître suspect, leur réalité est autre : pilosité absente, corps décharnées aux chairs marquées d'un signe de reconnaissance.  Surveillance étroite qu'ils font planer sur leurs membres comme sur les autres clans ; ne jamais permettre à son adversaire d'avoir une longueur d'avance sur vos actes, credo douteux. Groupuscule qui ne se mêle guère aux autres, composé des anciens et leurs progénitures démoniaques, sous l'égide d'un maître-vampire, créateur de la lignée. Faiblesse qu'ils s'imposent malgré eux : le trépas de l'ancien engendrera irrémédiablement la chute de tous ceux qui lui sont affiliés, patriarcat maudit, laissant les plus jeunes sans l'ombre d'un guide. Dépendance que le Régent s'est assuré de faire naître entre lui et ses ouailles, descendance qu'il propage, gangrène. Les animaux ne sont pas de leur lignées ; ils y préfèrent la brume, mutation feutrée.

Visionnaires mensongers du Régime. Espionnage, informations frelatées qu'on propage dans les ruelles de la capitale pour mieux semer la discorde ; le chaos originel. Renforcer la rebellion pour mieux l'éliminer par la suite. Corrompre les coeurs bourgeois. Meurtriers, aptitude à faire disparaître les charnier sans laisser la moindre trace, pour mieux faire accuser ceux qui osent les défier.  

(régent ; ♂, 796 ans, + 40 ans physiquement)

(jouable sous conditions)



CONDITIONS : test rp supplémentaire à la fiche, après première lecture de celle-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le Cercle Bilderberg ou le bal des vampires ?
» Merom Hellren, Ailes sanglantes
» 2- Les vampires pour les nuls
» Vampires & Défis
» Les Vampires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ORCUS MUNDUS :: The end was contained in the beginning :: ANNEXES :: MONSTRUOSITÉS-
Sauter vers: